mardi 24 mai 2011

Le chemin

Qu'il est long ce chemin parcouru depuis ces feuillets d'automne. Ces mots prononcés en résonance de mon corps, comme ce son qui, en réflexion dans une enceinte trop petite, donne naissance à un écho. Malgré l'absence de réciprocité des sentiments, empêchant à toute formule alchimique de se développer, je l'ai trouvé beau et tortueux, vallonné et franc. Du recul de ces quelques mois, je me reproche souvent ces quelques mots d'un matin ne faisant que des victimes collatérales. Toi, parce que tu n'aurais jamais voulu qu'il en soit ainsi. Moi, parce que j'aurais toujours voulu qu'il en soit autrement.  Depuis son origine la puissance de cette étincelle me surprend. Par sa force et sa brillance, par sa résistance à toute forme de principe. Par tempérament, ce chemin de croix m'a conduit vers cet Everest sans s'y être vraiment préparée. Résultats de cette course peu raisonnée. Un camp de base sommaire où je me sens seule. Une nature hostile qui m'offre pourtant des paysages séduisants. Je crève de froid et je reste plantée là. Je ne sais plus le chemin du retour, j'ai oublié, tout oublié. Je ne regrette pas d'être où je suis mais j'ai le vertige de l'altitude de cette attitude.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire