vendredi 17 juin 2011

Pour toi malgré moi

Avec le temps
Il faut que je comprenne
Nos envies, nos vœux
Les images, les querelles
Du passé rancunier
Nos armures se sont forgées
Nos cœurs se sont scellés

Nos démons animés
Perdus dans nos dessins
Sans couleur, gris foncé
On aurait pu choisir
Le pardon, essayer
Une autre histoire d'avenir
Que de vouloir oublier

Prenons-nous la main
Le long de la route
Choisissons nos destins
J'ai foi et ce n'est rien
Qu'une question d'écoute
D'ouvrir grand nos deux mains
Coûte que coûte

On n'a pas pris la peine
De se parler de nous
Sans pouvoir se mettre à genoux
Dans nos yeux transparents
Le mensonge sur nos maux
Impossible de le nier
Tout le corps révélé

Et les mots ne sont que des mots
Pas les plus importants
Qui changent au gré des gens
Pour se cacher de soi même

Si le début de nos rêves
Tendent à se confirmer
Sans se cacher de soi-même
L'autre n'est que le reflet
Des ombres que l’on veut s’inventer

1 commentaire: