dimanche 17 juillet 2011

Black and White



Je suis ton opposé, tu me cherches, je te frôle, le principe d'être entier. Cette danse de la séduction me fait penser à une autre histoire, celle d'un petit poisson et d'une petite pouliche. C'est une veille histoire, une fable certainement, racontée au coin du feu un soir d'automne. L'eau était l'élément de l'un, les terres arides celui de l'autre. Leur rencontre, le fruit du hasard, peut être. Assoiffée, la petite pouliche s'approcha de la rivière dans laquelle vivait depuis bien longtemps déjà le petit poisson. Bien qu'intriguée par cet animal étrange, parce non familier, elle ne prie pas la fuite immédiatement. Curieuse, elle contourna la règle de survie des univers inhospitaliers. Quelque chose l'attirait chez ce petit poisson. Subjuguée par sa quiétude, aimantée par la profondeur de son regard bleu et vif, elle tendit le coup vers lui. Son corps immobile était inondé de cette eau fraîche. Elle se désaltérait à sa source. Après un temps d'adaptation, ils apprirent à se connaître et s'inventèrent au fil de l'eau un langage singulier. Sur fond de dérision permanente, de joutes verbales incessantes, chacun évoquait sa condition différente. Black and White. Ils aimaient à se chamailler, rire de tout et d'eux mêmes, jouer à se séduire comme une valse à quatre temps. Seulement la petite pouliche, jeune et impétueuse, voulu partager la vie de son ami le petit poisson, juste pour voir. Un beau matin, elle se jeta dans la rivière. Elle ne savait pas nagée. Se débattant comme elle pouvait pour regagner la rive, ses forces l'abandonnaient aux courants impétueux. Comprenant trop tard qu'elle n'aurait jamais dû vouloir partager un instant la vie du petit poisson, elle se laissa emporter par le courant, bercée dans son coeur par le bonheur de cette rencontre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire