samedi 23 juillet 2011

L'intuition


Bergson impose l’intuition comme nouvelle méthode de connaissance de nous-même et de la vie. Elle correspond à la vie émotionnelle et spirituelle, alors que l’intelligence correspond à la vie pratique et matérielle.
La méditation religieuse ou encore l’émotion procurée par la création artistique permettent de la développer. Ainsi, la durée devient une donnée propre à notre conscience qui nous permet de voir le monde autrement. Mais pour cela, « il faut brusquer les choses et… pousser l’intelligence hors de chez elle », rappelle Bergson. L’intuition nous donne à connaître notre besoin de spiritualité, mais aussi un incroyable souffle de vie. Bergson récuse les explications mécanistes et matérialistes de son temps, et préfère invoquer un élan vital continu : nous nous élevons de la matière à l’esprit par une force créatrice. La vie est une « évolution créatrice » qui génère sans cesse des « formes nouvelles ». Cet élan vital se manifeste à travers les mouvements imprévisibles de notre corps comme source d’énergie. Généré par l’esprit, il est en cela l’expression de notre liberté.
La durée Bergson constate que le temps intérieur n’est pas identique au temps des physiciens. Les souvenirs, par exemple, montrent qu’il n’y a pas de différence entre passé et présent. Puisque la mémoire ne répond pas à la même temporalité que les phénomènes naturels, il existerait donc deux approches du temps : l’une extérieure et physique ; l’autre, intérieure et psychologique, qu’il nomme « durée ». « La durée toute pure est la forme que prend la succession de nos états de conscience quand notre moi se laisse vivre, quand il s’abstient d’établir une séparation entre l’état présent et les états antérieurs »,

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire