jeudi 5 juillet 2012

Intuition, mon intuition...

S’engager à se connaître en reprenant contact avec son propre système de communication interne. S’engager sur la voie de la réalité, délaissant celle de l'interprétation. Sur cette voie, l’intuition est elle infaillible, je me le demande souvent. Interrogation d’autant plus soutenue que les apparences sont trompeuses. Acceptons le postulat qu’infaillible ne veuille pas dire sans difficulté et sans effort. Peut on imaginer que l’intuition soit une forme de perception au même titre que la vue, l’ouïe, l’odorat, le toucher et le goût ? Il paraît évident que chacun de nos sens révèle une facette différente de la réalité. Si nos yeux perçoivent la lumière (les ombres, les reliefs, les couleurs..), il n’en reste pas moins que l’information visuelle résulte de l’interprétation des rayons lumineux sur la surface des choses. Le toucher, quant à lui, nous dévoile un autre type d’information et permet d’ajouter une dimension tactile et tangible à cette première réalité. Sans lui, la vision ne resterait qu’une interprétation des effets de la lumière. Et l’intuition alors, quel niveau d’information complémentaire nous apporte-t-elle ? Est ce une certaine forme de conscience ? Conscience des liens qui nous unissent et non qui nous distinguent, de notre capacité à étendre notre perception au-delà de ce qui est tangible ? Est ce pour autant une réalité ou seulement notre réalité ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire